Paroles de modèle (3), Xavier Gatteau

13 mai 2012

Episode 3

Quelques minutes au début d’un cours ; après que vous êtes arrivé pimpant, passant un moment à vous entretenir avec les amateurs et les étudiants en écoles d’art de l’actualité des expos et des rencontres dans le milieu, et que vous vous êtes soucié de l’état des travaux que le prof quelquefois a engagé pour son propre parti… La tête en l’air, le reste en gesticulations. Ouvert à plusieurs possibilités de rencontre et de conversation. Ce n’est pas que vous reculez au maximum l’instant où vous allez devoir rentrer en piste, non ; c’est tout simplement que vous ne vous rendez pas compte qu’il va falloir s’y mettre, sagement, comme il est de mise. Il fait chaud. Nous sommes peut-être en juin, au terme d’une année qui fut intense et riche en heures de pose, plusieurs mois durant. Bien avant cette ultime étape, un peu anecdotique (impossible d’ailleurs de ne pas remarquer les rangées d’élèves en désordre si clairsemées, comparé à ce qu’elles étaient aux cours précédents). Ou nous sommes en septembre, dans l’euphorie de l’ après été, quand tout nous paraît encore vouloir tourner à la plaisanterie…
Se présente alors à votre attention l’endroit où vous allez demeurer quelques instants ; une place dégagée, une place nette, vers laquelle vous vous avancez maintenant, encore enroulé dans votre peignoir. Pose de cinq ? Pose de dix minutes ? Pose longue ? Disons vingt pour cette fois, vous fait-on savoir. Votre esprit essaye de remettre les choses en place et il semble pour le coup que vous ne soyez pas mécontent de cette décision. Allons-y.

lire la suite en cliquant ici, puis dans le lien (en dessous de la date)

Advertisements
%d blogueurs aiment cette page :